Accueil
Accueil Boutique Timbres-poste English Mon Caddie
ACTUALITES
 
ABONNEMENT
APPROVISIONNER SON COMPTE
PROGRAMMES
RETRAITS
MUSEE VIRTUEL
HISTORIQUE
LE CENTRE
NOUS CONTACTER
      
 ‘A HEIVA ANA’E !
  Emis : 13 juillet 2017
  Procédé d'impression : Offset
  Imprimerie : Phil@poste
  Production : DPP OPT 2017
 
  Produits associés à cette émission :
   - Enveloppes premier jour

L’histoire de ce concours centenaire débute en 1819,lorsque le roi Pomare II interdit toutes les danses et
autres « Heiva » (divertissement) soupçonnés d’être des activités à la morale douteuse, les pasteurs
protestants de l’époque voulant également faire disparaitre toute trace d’expression païenne.

En 1847 le gouvernement français n’autorise plus la danse que dans certains lieux, le mardi et le jeudi
uniquement. La danse « upa upa » sera elle totalement interdite dès 1849.

Les danses traditionnelles ne reverront véritablement le jour qu’avec les premières célébrations du 14
juillet en Polynésie en 1881 : le « Tiurai » (de l’anglais « july » qui veut dire juillet) permet alors d’associer les
Polynésiens aux réjouissances. A l’époque, les Tiurai sont souvent les seules occasions pour les populations
des archipels de sortir de leurs îles et de se retrouver. La tendance est donc à montrer la plus belle parure,
la plus belle pirogue ou le plus beau chant. L’esprit du Heiva moderne est déjà là.

En 1956, Madeleine Moua et sa troupe « Heiva » révolutionnent l’image du Tiurai en posant les bases
du « Ori Tahiti » (danse tahitienne). A partir de 1961, la création de l’aéroport international de Faa’a, la
mondialisation grandissante et le développement du tourisme vont permettre aux troupes de danser plus
régulièrement, voire même de se produire sur des scènes internationales.

En 1985 le Tiurai est rebaptisé « Heiva i Tahiti » par le gouvernement polynésien de l’époque pour marquer
l’accession du territoire à l’autonomie. Aujourd’hui, le Heiva se fête à Tahiti, mais également
dans les autres îles de Polynésie, comme à Bora Bora où les groupes de chants et danses se produisent sur
une esplanade de sable blanc.

Au travers de ce couple de danseurs imaginés par le peintre polynésien Louis Devienne, la Poste
Polynésienne vous invite à entrer dans l’arène, parmi ces artistes qui se préparent durant des mois, puis
expriment avec ferveur au travers de leurs gestes, des mouvements de leurs corps et de leurs sourires, leur
amour pour leur culture ancestrale en s’écriant « ‘A Heiva ana’e ! » (Célébrons le Heiva !).



Heiva : Le couple
 
Ajouter à mon caddie
  
Fiche technique   
Accueil Aide Contacts Publicité Mentions légales Conditions de vente