Accueil
Accueil Historique Etablissements Français de l'Océanie English Mon Caddie
ACTUALITES
BOUTIQUE
ABONNEMENT
APPROVISIONNER SON COMPTE
PROGRAMMES
RETRAITS
MUSEE VIRTUEL
LE CENTRE
NOUS CONTACTER
 
Avant 1862 Les ´ lettres missionnaires´
1862 - 1892 Timbres coloniaux avec surcharges
1892 - 1958 Emissions de timbres `Etablissements Français de l`Océanie`
Depuis 1958 Emission de timbres `Polynésie Française`
 
  Emissions de timbres `Etablissements Français de l`Océanie`
Affranchissment mécanique avec slogan de 1952.
l' "Andromède" arrivant à Papeete, vers 1954.
La poste de Papeete en 1950.
La poste de Papeete en 1915
La poste de Papeete en 1902
Mr. Henry LEMASSON, qui organisa le premier le service postal à Tahiti.
  Les Colonies Françaises ayant adhéré à l'Union Postale Universelle le 1er juillet 1876,il y eut en 1900 un remaniement des couleurs et des valeurs pour se mettre au standard international et la première série de timbres spécifiques « ÉTABLISSEMENTS DE L'OCÉANIE » parue en 1892 fut rapidement remplacée par 7 autres valeurs du même type « Groupe ».

La série initiale ne fut cependant pas détruite et plusieurs valeurs servirent de dépannage en 1903 lors d'une pénurie de 10c engendrant le premier scandale spéculatif de la philatélie polynésienne.
Un véritable bureau de Poste fut construit sur le port en 1875 puis déplacé en 1903 sous l'égide de Monsieur LEMASSON qui sera à deux reprises Chef du Service en poste à Tahiti (1896-1903 et 1914-1920).
Ce fonctionnaire, animé d'un extraordinaire dynamisme, tiendra un rôle important dans notre petite colonie, se révélant à la fois excellent chroniqueur et photographe de talent; plusieurs de ses clichés seront d'ailleurs retenus pour l'exécution de la première série de timbres à caractère typiquement polynésien (1913).
Comme pour beaucoup de Territoires de l'Union Française, la période 1915-1921 vit une floraison de surcharges en tout genre presque toujours synonyme de spéculation. Le plus bel exemple étant les quatre surcharges successives apposées en 1915 au profit de la «croix rouge» qui contribuèrent plus à la fortune des marchands de timbres métropolitains qu'aux ?uvres de cette société de bienfaisance.
La série originale de 1913 sera maintes fois reprise, avec couleurs et valeurs différentes ou surcharges, avant que ne sorte en 1934 une nouvelle série de timbres à usage courant dont les trois sujets à motifs polynésiens se trouvent un peu étouffés par un encadrement intempestif. Ils feront, eux aussi, l'objet de reprises nombreuses.
II y aura, bien sûr, les inévitables vignettes commémoratives, communes à tous les pays de la communauté: expositions universelles (1931, 1937), lutte contre le cancer, anniversaire de la révolution, etc.
Mr. Henry LEMASSON, qui organisa le premier le service postal à Tahiti.
La guerre 39-45 amène une inondation d'émissions, les unes décrétées par le gouvernement de Vichy et qui ne parviendront jamais sur le Territoire, les autres imprimées par les Forces Françaises Libres de Londres et qui seront surtout utilisées à la fin de la guerre et après celle-ci, car bien peu de courrier circulait durant les hostilités et l'on employait alors surtout les timbres en stock à Tahiti, avec toutefois la surcharge FRANCE LIBRE sur certains.
Signalons aussi l'utilisation très limitée d'entiers postaux (cartes interzones) de deux types différents (poisson « marara » et pêcheur au harpon) qui sont maintenant parmi les pièces les plus rares et, partant, les plus recherchées de la philatélie polynésienne.
Le « V » de la victoire pris entre deux signes morse "...?" a été « anonymement » apposé en surcharge sur quelques timbres au moment de la libération.
LesJacques Boullaire et Pierre Gandon furent les maîtres d'oeuvre de la superbe série en taille douce éditée en 1948 et qui servira à l'affranchissement durant dix ans.
Le cinquantenaire de la mort du peintre Paul Gauguin en 1953 est le prétexte à la sortie d'un timbre représentant une de ses ?uvres. Outre le fait que c'est la première vignette à recevoir un cachet spécial «1er Jour», c'est également le premier élément d'une thématique dont le succès ira grandissant au fil des temps.
vignettes commémoratives de la victoire sont évidemment très nombreuses après la guerre, dans toutes les colonies: Débarquement, Libération, épopée du Tchad au Rhin, etc.
Le « Grand Prix de l'Art Philatélique Français » est attribué en 1955 à l'un des derniers timbres des E.F.O. représentant « la jeune fille de Bora-Bora » magnifiquement exécuté par P. Gandon, et c'est un timbre sur le F.I.D.E.S. qui clôt la période Établissements Français de l'Océanie en 1956.
Comme la quasi-totalité des timbres «semi-modernes» de l'Empire Colonial Français, ceux des E.F.O. n'obtinrent pas une cote bien remarquable auprès des philatélistes;
cependant, le succès des timbres de la Polynésie moderne aidant, on constate depuis quelques années un regain d?intérêt pour ces vignettes qui, malgré des tirages généralement importants (mais aussi, parfois inconnus!) commencent à se faire rares sur le marché.
 
 
  De gauche à droite et du haut vers le bas: * Cachet de 1884 * Cachet de 1901 * Cachet de 1907 * Cachet de 1914
 
  Retour en haut de page

Accueil Aide Contacts Publicité Mentions légales Conditions de vente