Accueil
Accueil Historique Polynésie française English Mon Caddie
ACTUALITES
BOUTIQUE
ABONNEMENT
APPROVISIONNER SON COMPTE
PROGRAMMES
RETRAITS
MUSEE VIRTUEL
LE CENTRE
NOUS CONTACTER
 
Avant 1862 Les ´ lettres missionnaires´
1862 - 1892 Timbres coloniaux avec surcharges
1892 - 1958 Emissions de timbres `Etablissements Français de l`Océanie`
Depuis 1958 Emission de timbres `Polynésie Française`
 
  Emission de timbres `Polynésie Française`
Les Établissements Français de l'Océanie changent de statut en 1957 et deviennent POLYNESIE FRANÇAISE.
La première série de timbres portant cette nouvelle appellation paraît le 3 novembre 1958; elle marque aussi un tournant dans la philatélie polynésienne car, outre son rôle essentiel qui reste bien sûr l'acquittement de la taxe de transport, le timbre devient également une source de revenue importante pour le budget des Postes et un support publicitaire pour le pays.
Ici commence aussi l'ère des «1er Jour» et s'il n'y a pas d'enveloppes spéciales pour la première série, l'Office appose malgré tout, sur tout le courrier de ce jour, une griffe « PREMIER JOUR » que quelques amateurs éclairés feront également mettre sur des cartes maximums.

La « vahine » est, bien évidemment, mise en vedette sur ces premiers timbres où elle est présentée jouant de la guitare ou offrant des coquillages.
Les grosses valeurs « avion » comportent deux représentations de tableaux de Gauguin (qui seront souvent réimprimés et resteront en poste pendant plus de 15 ans), un graveur de nacres et une scène de pêche de nuit à Moorea; contrairement aux deux précédentes, ces vignettes ne seront pas réimprimées et sont donc plus rares.

Au fur et à mesure des années la fréquence des émissions augmente, suivant en cela un mouvement universel, mais les sujets sont judicieusement choisis et, mis à part quelques commémoratifs nationaux ou mondiaux, les thèmes sont en rapport étroit avec le pays (histoire, géographie, faune et flore, patrimoine, navigation maritime et aérienne, folklore, etc.).

Désireux de mener à bien l'entreprise «timbrologique», le Service concerné de l'Office a adopté une politique philatélique très stricte et, tout en tenant compte des besoins postaux, s'astreint à conserver un rythme d'émissions régulier (1 timbre ou une série par mois), une valeur globale annuelle constante ou en très légère progression et des tirages limités.


En trente ans, les tirages des commémoratifs sont passés de 50.000 à 150.000 exemplaires et les petites valeurs d'usage courant oscillent toujours entre 300.000 et 1 million d'exemplaires;
ceci sans tenir compte des holocaustes officiels qui ont été assez importants dans les années 60 et 70 puisque l'OPT a procédé à la destruction de plus de la moitié du tirage de certaines vignettes.
C'est ainsi que le timbre sur Pierre Loti (1973) tiré à 75.000 exemplaires a eu 47.762 exemplaires brûlés, réduisant le nombre de timbres réellement existants à 27.238.

Un fameux «non émis» fut celui imprimé pour commémorer les «2 Journées Médicales» qui devaient se tenir à Tahiti du 8 au 13 octobre 1973 et qui furent annulées à la suite du conflit créé, au sein de l'ordre des médecins, par le projet de loi sur l'avortement.

Deux planches de 25 timbres furent vendues par erreur par le BEPTOM de Paris et une vignette utilisée pour affranchir une lettre depuis Tahiti. Force est donc de citer ce timbre par ailleurs très réussi et qui est à l'heure actuelle le timbre le plus coté de P.F.

De 1970 à 1975, chaque fin d'année fut marquée par l'émission de séries « Artistes en Polynésie » dont les timbres représentaient des oeuvres réalisées sur le Territoire par des artistes plus ou moins connus.

L'ensemble constitue une des plus belles réussites philatéliques des trois dernières décennies.

Texte: Christian BESLU
 
 
  Retour en haut de page

Accueil Aide Contacts Publicité Mentions légales Conditions de vente